A L’occasion des 16 jours d’activisme des violences basées sur le genre s’est tenue ce mardi 9 Décembre 2020 à la permanence du député, Yasmina Ouégnin à Cocody un panel sur le thème « MEDIA ET LUTTE CONTRE LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE »

Ce Panel d’engagement vise à éradiquer les violences à l’égard de tout individu en particulier les femmes.Les panélistes étaient au nombre de 4. Il s’agit de Augustin Tapé, journaliste sensible au genre et rédacteur en chef à la radio ISTC ; Zahui Valentin, sociologue ; Karim Dagnogo, chef de projet à SNAP et Jocelyne Silué représentante de l’association LEAD FOR HER. Concernant les médias traditionnels dans cette lutte, Augustin Tapé, estime que l’image de la femme est stéréotypée. « Les médias ne valorisent pas la femme. Elle n’est pas responsabilisée et possède une place minime dans la sphère politique».

Le journaliste a également souligné que la violence faite à la femme est traitée en faits divers dans les médias. Zahui valentin a évoqué des cas pratiques de la violence faite aux femmes dans les médias tels que la femme dénudée dans des clips vidéos, des séries et bien d’autres. Pour lui la responsabilité est partagée. Le sociologue n’a donc pas manqué d’exhorter la femme africaine à prendre ses responsabilités en retrouvant ses valeurs, ses cultures et à abdiquer celle des autres car insiste-t-il « aucun pays ne s’est valorisé avec la valeur d’un autre pays « . Il a invité également les médias à diffuser des contenus constructifs et non dévalorisant à l’égard de la femme. La représentante de l’association LEAD FOR HER Jocelyne Silué a évoqué le rôle des médias qui est d’être la couronne de transmission des tas de la société en dénonçant les violences subi tant au niveau des femmes qu’au niveau des hommes. Elle a aussi ajouté que la femme doit être élevée au même niveau que l’homme car elle a une place importante dans la société.

Quant à l’aspect digital le chef de projet à SNAP Karim Dagnogo, s’est prononcé sur la manière dont les réseaux sociaux doivent être utilisés pour dénoncer les violences. » il faut faire un direct sur sa page et inviter la population à demander de l’aide » a-t-il précisé . Apres L’intervention des panélistes, c’était au tour des participants de poser des questions. Pour les panélistes les médias doivent mettre l’accent sur la sensibilisation de la population, sur l’information et la formation de la question du genre.

La cérémonie s’est refermée avec des mots de remerciement à l’organisatrice de l’évènement, Yasmina Ouégnin. Le député a pour l’occasion donné le thème du jour suivant LA RELIGION DANS LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES BASEES SUR LE GENRE. Pour rappel, ce projet est à sa troisième édition et se déroule chaque année du 25 Novembre au 10 Décembre.

Aïcha Binaté

Cette publication a été produite avec le soutien financier de l’Union Européenne Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.

Cette publication a été produite en partenariat avec la DW Akademie. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik, l’école des médias et ne reflète pas nécessairement les opinions de la DW Akademie