Le mercredi 31 mars 2021, le NDI, National Democratic Institute en partenariat avec la Radio de la Paix a organisé à l’American Space de l’université Félix Houphouët Boigny d’Abidjan un débat sur les actions et défis de l’assemblée nationale de 1990 à nos jours.

Le thème retenu pour ce débat était : « Quel bilan de l’assemblée nationale depuis 1990 et quels défis pour la deuxième législature de la troisième république? » Pour répondre à cette problématique étaient réunis sur une même tribune le juriste et analyste politique, KOUAO Julien Geoffroy, l’honorable KONAN Marius, la coordinatrice de West Africa Network for Peacebuilding (WANEP), KAMARA Mylène, épse SORO et le président de l’ONG CIVIS CI, Dr KOUAME Christophe.


Alors que le multipartisme éclate en 1990, c’est l’occasion pour la Côte d’Ivoire de voir une assemblée nationale forte de par sa diversité d’opinions. Depuis, bien de projets de lois ont été votés. Malheureusement elles ont été au détriment du peuple. Un exemple palpable : le projet de loi fixant le droit de timbre applicable à la Carte Nationale Ivoirienne (CNI), à 5000 FCFA voté en 2014. Certains groupes parlementaires en avaient demandé la gratuité mais n’ont pas eu gain de cause. Conséquence
une véritable polémique déclenchée.

Ce débat était alors l’occasion pour les politiciens et acteurs de la société civile venus à cet effet à l’American Space, d’échanger sur les défis du parlementaire ivoirien afin de voir une amélioration au sein de l’assemblée nationale.


Face aux nombreuses remarques faites à l’endroit de l’assemblée nationale en raison de l’insatisfaction des peuples, la plupart des panelistes n’ont pas manqué de faire remarquer que les journalistes ont un grand rôle à jouer en informant d’avantage les populations sur les décisions prises par le parlement. La société civile également se doit d’agir. « Je veux inviter le peuple ivoirien à prendre conscience de ce que le député est son représentant national. Vous lui confiez une mission d’aller voter pour vous, il faut veiller à ce qu’il fasse ce que vous avez souhaité » a affirmé l’honorable KONAN Marius

Arlette Douk