Du lundi 22 au vendredi 26 Mars 2021 s’est tenue à Grand Bassam la deuxième session du séminaire de formation sur le journalisme d’investigation organisée par PAGOF (Programme d’Appui aux Gouvernements Ouverts Francophones). C’est à travers un programme chargé que les participants notamment deux « Mozaikaines », Ella Djiguimde, formatrice MoJo et Zeïnab Diomandé, étudiante, ont pris part aux différentes formations
données par Tatiana Mossot, journaliste et fondatrice de Mama Project (structure de formation des femmes journalistes).

« Échanges autour de la relation entre les institutions et les journalistes, l’indépendance du journaliste d’investigation, la protection en ligne des journalistes d’investigation, le data journalisme… » sont entre-autres, les modules sur lesquels les séminaristes ont été formé. La formation a également vue la participations de différents acteurs des médias notamment Gaëlle Borgia, journaliste Malgache, Samba Koné, président de l’Autorité nationale de la presse et Stephane Bailly, directeur de publication de l’Eléphant déchaîné. « Le journaliste d’investigation est un citoyen engagé, il a une connaissance approfondie, la liberté d’expression n’exclut pas le respect des institutions… Le journaliste c’est aussi sa capacité à raconter les histoires, Le journaliste d’investigation n’est pas que le bon journaliste » Ce sont les propos sur
lesquels s’accordaient les différents formateurs. Le dernier jour de formation a été l’occasion pour les séminaristes de faire un atelier pratique sur le Journal Télévisé (le JT), avec comme exercice, produire à l’aide de la rédaction, un flash info sur le
COVID 19. La formatrice pour ce module était Mma Camara, première femme Journaliste Reporter d’Image (JRI) en Côte d’Ivoire.

Le séminaire a pris fin sur un débriefing de CFI médias et France expertise, partenaires de ce
programme. Zenab Diomandé