Conférence de presse : Les ONG « Amazoon du web » et Boost expertiz « lancent » peace for 225″, un nouveau projet pour promouvoir la Paix

L’ONG « AMAZOON DU WEB », membre des Organisations de la Société Civile (OSC), partenaires de Studio Mozaik, dans le cadre du projet « Esprit Jeunes, Esprit de Paix », a tenu une conférence de presse ce mardi 20 octobre 2020 au Pavillon Latrille sis à Cocody Deux Plateaux, pour la présentation de sa nouvelle initiative en collaboration avec le cabinet BOOST EXPERTIZ. ‘’Projet pour un Environnement Apaisé à travers la Communication sans violence et un Esprit Civique’’ était le thème d’un projet qui a pour principal objectif de promouvoir une société pacifique et responsable aux fins du développement durable en Côte d’Ivoire à travers l’usage pertinent des réseaux sociaux, surtout en période électorale.

Dans l’optique de les informer, Eléonore Koffi, présidente de AMAZOON DU WEB et Okayala OUATTARA, Directrice exécutive de BOOST EXPERTIZ co-initiatrices du projet #PEACEfor225 ont souhaité que leurs invités (influenceurs, bloggueurs, partenaires nationaux, partenaires au développement et médias) prennent une part active dans ce projet, car consciente de l’impact qu’ils ont sur la population, particulièrement les jeunes et les femmes.Me NANOU Jessica, représentante de l’ex préfet d’Abidjan Vincent TOH BI, a félicité et encouragé cette initiative de AMAZOON DU WEB et de BOOST EXPERTIZNahadjénin Seleho

Cette publication a été produite avec le soutien financier de l’Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.

Cette publication a été produite en partenariat avec la DW Akademie. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de la DW Akademie.

CINÉMA / LE PROJET ESPRIT JEUNES ESPRIT DE PAIX ASSOCIÉ AU FESTIVAL CINÉ DROIT LIBRE

CINÉMA / LE PROJET ESPRIT JEUNES ESPRIT DE PAIX ASSOCIÉ AU FESTIVAL CINÉ DROIT LIBRE

Cinéma / Le projet Esprit jeunes Esprit de paix associé au festival ciné droit libre Les rideaux se sont refermés sur la 12 ème édition du Festival de films sur les droits humains et la liberté d’expression « Ciné droit libre » le samedi 17 octobre au Goethe Institut dans la commune de Cocody. Comme à la cérémonie d’ouverture, la promotion de la paix était encore au cœur des débats à cette soirée de clôture. Mais cette fois avec la participation des initiateurs du projet « Esprit jeunes Esprit de paix ».Comme partout où il s’agit de promouvoir la paix , le projet Esprit jeunes Esprit de paix a encore brillé par sa présence à la clôture de la 12 ème édition du festival ciné droit libre Abidjan .Le concept a été associé à ce festival de cinéma qui prône les droits humains et la liberté d’expression.

Souleymane Oulai L’intitiateur du projet Esprit jeunes Esprit de paix, par ailleurs modérateur de la cérémonie a donné la parole au public composé en majorité de jeunes, afin de se prononcer sur la nécessité d’œuvrer pour une paix durable dans le pays. Les jeunes qui se sont succédé, ont sensibilisé à travers des messages sur la paix et manifesté le désir d’en être des messagers. « Sans paix nous ne pouvons pas atteindre le développement.

C »est en cela que j’interpelle la jeunesse ivoirienne à se lever pour la paix. Si nous voyons des pays développés aujourd’hui c’est parce qu’il y a la paix » souligne Toussaint Konan Kouamé , étudiant en linguistique. »Plus de bain de sang electoral » , a scandé dans un slam , Benjamin Yao Kobenan membre de l’école des poètes. Il interpelle ainsi à travers ces termes les acteurs de la classe politique ivoirienne. Abdoulaye Diabaté le rejoint en exhortant l’ensemble de lajeunesse à faire barrage aux conflits ethniques.Lydie Yao, étudiante en linguistique quant à elle appelle la jeunesse à l’union et à la défense de la paix .C’est selon elle, une des conditions pour qu’elle se positionne dans cette nation. Le commissaire général du festival ciné droit libre Yacouba Sangaré s’est réjoui de la participation de la jeunesse à cette 12ème édition .Il invite par ailleurs la jeunesse à se détourner de la violence afin de contribuer de façon active à des élections apaiséesdans le pays .Un autre point d’attraction de cette soirée a été la diffusion du film documentaire « An african election » de Jarreth et Kevin Merz du Ghana .

Suivi avec intérêt par les invités, il retrace l’ambiance surchauffée de l’élection présidentielle au Ghana en 2008. Un scrutin qui a opposé les présidents Atta Mills et Nana Akufo-Addo . L’objectif étant de partager l’expérience démocratique qui a permis à ce pays d’éviter une crise postélectorale . Un panel sur le thème  » La jeunesse ivoirienne face au défi d’une élection présidentielleapaisée  » a été animé par Alex Adou membre-fondateur du RAJP Réseau action justice et paix et Blandine Angbako de ESD, Centre d’éducation pour une sociétédurable. Pour les panélistes, la jeunesse ivoirienne est aujourd’hui face à son destin.

Il est donc important qu’elle prenne toute sa place afin de relever le défi d’une jeunesse responsable et mature.Au cours de cette cérémonie , les trois (03) premiers lauréats d’un concours de slam sur l’engagement des jeunes à la sensibilisation pour des élections apaisées ont été récompensés, des mains de Rainer Hauswirth directeur du Goethe Institut. Ce concoursa été organisé l’année dernière par le festival Ciné Droit Libre en partenariat avec l’école des poètes .Lydie SADIANahadjenin SELEHO

Cette publication a été produite avec le soutien financier de l’Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.

Cette publication a été produite en partenariat avec la DW Akademie. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de la DW Akademie.

Présidentielle 2020 : Depuis Yamoussoukro, des jeunes lancent un appel au Président Ouattara

À quelques semaines du scrutin électoral en Côte d’Ivoire, la préoccupation fondamentale du peuple ivoirien est la transparence de l’élection présidentielle du 31 octobre prochain.Pour cela, les jeunes du mouvement « élection présidentielle 2020, zéro victime » , dirigé par Touré Moustapha se sont réunis hier mercredi à Yamoussoukro pour lancer un appel aux acteurs politiques ivoiriens.Ils étaient plus de 2500 jeunes présents hier mercredi 7 octobre à la salle de la mairie de Yamoussoukro pour porter un message aux acteurs politiques ivoiriens et en particulier au Président Alassane Ouattara.Ces jeunes qui ne souhaitent plus être victimes des violences politiques en cette période électorale demandent au Chef de l’État Alassane Ouattara de tout mettre en œuvre pour une transparence de l’élection présidentielle à venir.

Tous à genoux et par la voix du président du mouvement Touré Moustapha, ces jeunes ont invité tous les acteurs politiques à cultiver la paix et le dialogue, et en particulier demandé au Président Alassane Ouattara d’organiser dans la transparence l’élection présidentielle prochaine. »; Monsieur, vous avez nos vies entre vos mains, on vous demande d’organiser ces élections dans la transparence, on ne veut pas de violence, on ne veut pas de mort. Nous vous faisons confiance. Nous voulons que ce pays continue d’avancer « , a déclaré le président du mouvement Touré Moustapha.En somme, il faut dire que le souhait de ces jeunes n’est pas loin de devenir une réalité, car au sortir de sa rencontre avec les délégations de l’UA, la CEDEAO et les Nations Unies, le Président Alassane Ouattara a promis une élection paisible, transparente, crédible et inclusive.La voix blanche (source Opéra News)

Cette publication a été produite avec le soutien financier de l’Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne.

Cette publication a été produite en partenariat avec la DW Akademie. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de la DW Akademie.

La participation des journalistes à la construction de la paix:Studio Mozaïk veut faire des modèles

La participation des journalistes à la construction de la paix:Studio Mozaïk veut faire des modèlesStudio Mozaik a organisé récemment une Masterclass àl’intention de ses étudiants journalistes. Il s’est agi d’un cadred’instruction et d’échanges animé par le Dr N’DRI STEPHANE,spécialiste de la philosophie politique et morale sur lesenjeux du bon journalisme.

« Les violences politiques, les droits de l’homme et laproblématique des médias », tel était le thème de la conférence.Une trentaine de participants dans la salle principale de cours deStudio Mozaik. Organisée sous la supervision du DirecteurGénéral de cette école de médias, Oulaï Souleymane, l’activitéambitionnait de créer un cadre d’échanges pour les promotions 16 et 17 d’étudiants en formation afin de leur montrer le bien-fondé du « bon journalisme ».Partant de son expérience personnelle en milieu médiatique, leconférencier Dr N’DRI STEPHANE a défini les notions phares duthème avant de dégager l’enjeu du journalisme dans le contexted’émergence d’un État. « Le journalisme est un sacerdoce », a-t-il affirmé avant de souligner la responsabilité de tous journalistesdans la construction de la paix pour son pays.

C’est à juste titre qu’il a démontré le rôle des journalistes dans legénocide rwandais en 1994 et dans les crises socio-politiquesivoiriennes de 2002 et de 2011. Entre titres incitant à la haine etcontenus alarmants, Dr N’DRI a expliqué que les productionsjournalistiques de ces époques étaient pour beaucoup dans lestroubles qui ont eu lieu.A l’issue de la formation, le conférencier rejoint dans ses propospar le Directeur de Studio Mozaïk a invité les étudiants journalistes à être « responsables » dans leurs productions en prônant autour d’eux l’impartialité.QUI EST DOCTEUR STEPHANE N’DRI ?Pendant 6 ans, Stéphane N’DRI sillonne les strates du showbiz ivoirien. Il faut dire que Dr. NDRI a plusieurs cordes à son arc. Enseignant de lycée, il est également animateur radio, manager d’artistes et d’espace évènementiel et promoteur évènementiel.En 2011, suite à la crise post-électorale, il connait un drame: la perte tragique de l’artiste dont il était le manager.

Choqué, il prend des années sabbatiques à la suite de laquelle, il fait unereconversion radicale. Ce passionné de musique, de cinéma, mais avant tout de lettres et d’écriture, se tourne vers l’enseignement. Professeur de philosophie il présente et réussit avec mention, sa thèse de Doctorat. Dr. NDRI est aujourd’hui Docteur en philosophie politique et morale, spécialiste de Friedrich Nietzsche. BRAVO l’artiste !!!Kady Konaté (étudiante Studio Mozaik)Cette publication a été produite avec le soutien financier de l’Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne. Cette publication a été produite en partenariat avec la DW Akademie. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de la DW Akademie.

MADAME AGNÈS KRAIDY ET MONSIEUR OULAI SOULEYMANE SIGNENT UNE CONVENTION DE PARTENARIAT. DANS LE CADRE DE SON PROJET DÉNOMMÉ « LA CONTRIBUTION DES JEUNES AU RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE EN CÔTE D’IVOIRE »

MADAME AGNÈS KRAIDY ET MONSIEUR OULAI SOULEYMANE SIGNENT UNE CONVENTION DE PARTENARIAT. DANS LE CADRE DE SON PROJET DÉNOMMÉ « LA CONTRIBUTION DES JEUNES AU RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE EN CÔTE D’IVOIRE »

Madame Agnès Kraidy, Présidente du Réseau des Femmes Journalistes et des Professionnelles de la Communication de Cote D’ivoire (ReFJPCI), et Monsieur Oulai Souleymane Directeur général de La Fondation Dr. Peter Graze / Studio Mozaik signent une convention de partenariat. Dans le cadre de son projet dénommé « La contribution des jeunes au renforcement de la démocratie en côte d’ivoire », le ReFJPCI, représenté par sa Présidente Madame Agnès KRAIDY et Studio Mozaik, représenté par son Directeur général, Monsieur OULAI Souleymane, ont signé ce mercredi 07 octobre 2020, une convention de partenariat pour la production et la diffusion d’émissions de débats et tables rondes radiophoniques en partenariat avec un réseau de radios de proximité de différentes régions dont le District Autonome d’Abidjan (Sud), le Gbêkê (Centre), le Guemon (Ouest), le Cavally (Ouest) et le Gô (Centre-Ouest).A la sortie de cette séance de signature, Monsieur OULAI, s’est dit très honoré par le choix de sa structure, par Madame Agnès Kraidy et le ReFJPCI.

Madame Kraidy a elle, justifié son choix par l’expertise et l’expérience de La Fondation Dr. Peter Graze / Studio Mozaik dans la réalisation de ce type d’activité. Selon la convention signée ce jour, le ReFJPCI délègue à Studio Mozaik les activités suivantes de son projet :- L’assistance technique à l’organisation- La co-coordination des activités du projet- Le suivi des productions et le suivi des diffusions des émissions- La gestion des relations avec les radios partenaires pour la production et la diffusion.Les deux partenaires se sont séparés après une photo marquant l’heureux évènement, en promettant de se revoir très vite, vu que les activités commencent dès la semaine à venir, par la cérémonie de lancement officiel du projet et la semaine d’après, par la formation des animateurs des radios associées au projet.

« La contribution des jeunes au renforcement de la démocratie en côte d’ivoire » est un projet du ReFJPCI en partenariat avec la DW Akademie, financé par la Coopération allemande (BMZ).Studio MozaikCette publication a été produite avec le soutien financier de l’Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de l’Union européenne. Cette publication a été produite en partenariat avec la DW Akademie. Son contenu relève de la seule responsabilité de Studio Mozaik et ne reflète pas nécessairement les opinions de la DW Akademie.

esprit jeunes
Madame Agnès Kraidy et Monsieur Oulai Souleymane signent une convention de partenariat. Dans le cadre de son projet dénommé « La contribution des jeunes au renforcement de la démocratie en côte d’ivoire »